🏴‍☠️ Livraison offerte à partir de 30€ d'achats + 1 cadeau dans votre colis ⚓

Sable, galets, coquillages: qu’a-t-on le droit (ou pas) de ramener de la plage?

Sable, galets, coquillages: qu’a-t-on le droit (ou pas) de ramener de la plage?

B9724476886Z.1_20200904122710_000+GJGGJQE47.1-0

Une amende de 1 000 euros  : c’est ce qu’a dû payer ce touriste français revenu de Sardaigne avec pas moins de deux kilos de sable fin.

« L’usage des plages est libre et gratuit » dans le Code de l’environnement français. Pour autant, on ne peut pas y prélever ce que l’on veut quand on veut. En effet, l’article L.321-8 du Code de l’environnement stipule que « les extractions de matériaux […] sont limitées ou interdites lorsqu’elles risquent de compromettre, directement ou indirectement, l’intégrité des plages, dunes littorales, falaises, marais, […] ».

 

C’est peu connu du grand public mais prélever du sable sur la plage est interdit. Le Code de l’environnement considère le prélèvement de sable comme une atteinte au domaine public maritime, fragilisant les littoraux. Mais attention, subtilité, on a le droit de collecter du « sable éolien » : celui qui a été déplacé hors de la plage par le vent sur la chaussée ou les trottoirs.

Pour les galets et les coquillages vides, la restriction est la même que pour le sable. Quant aux coquillages vivants qu’on ramasse pour les déguster, renseignez-vous auprès de la mairie : certains ne peuvent être ramassés qu’à certaines périodes et il peut aussi arriver qu’il soit déconseillé de les manger pour raison sanitaire…

Dans les faits, est-il précisé sur service public, « Les autorités peuvent tolérer le ramassage lorsqu’il se fait en petite quantité ». C’est en fait le « prélèvement déraisonnable », et l’usage « à but commercial », qui sont en fait passibles d’une amende pouvant s’élever jusqu’à 1 500 €.

Plantes, bois flotté et verre dépoli

Pour les plantes du littoral, l’amende est encore plus lourde. C’est que la flore spécifique des bords de mer est classée protégée. Couper ces plantes peut vous coûter 15 000 euros d’amende pour « atteinte à la conservation d’espèces végétales non cultivées ».

Aucun problème par contre si vous souhaitez ramasser du bois flotté ou du verre dépoli sur la plage : il n’y a pas de réglementation officielle pour le premier et ramasser du verre dépoli est carrément encouragé car « il contribue à la propreté de la plage  ».

Un écosystème fragile

Outre l’amende, l’idée c’est de ne pas oublier que l’écosystème du littoral est fragile. Ainsi les associations de prévention de l’environnement appellent à arrêter les empilements de galets : ces derniers permettent de briser la houle et protègent la côte de l’érosion, sans compter que certains oiseaux y font leur nid.

De la même façon, elles appellent à être attentifs à la laisse de mer, ce qui est laissé par la mer au gré du mouvement des vagues, du flux et du reflux des marées, abrite de nombreux micro-organismes qui vivent dans le sable, nourrissant les plantes qui vont contribuer à retenir le sable, ainsi que les insectes, les oiseaux, les crustacés.

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,